Photo_Pauline Desport (1)

Pauline Desport, Responsable de Développement

Ses études et expériences

En intégrant la Neoma Business School, Pauline se destine à l’agroalimentaire. Mais son stage de fin d’études chamboule ses plans : embauchée pour participer au lancement et au développement d’une boite de maroquinerie pour hommes, elle redécouvre le luxe.

Sa sensibilité et son affinité naturelle pour les belles choses, l’artisanat, la qualité et le savoir-faire resurgissent. Car Pauline a été élevée par sa mère et ses grand-mères, des couturières de talent.

« Ce qui m’attire dans le milieu du luxe, ce n’est pas tant la mode, que je trouve parfois un peu superficielle, que les questions de savoir-faire et de qualité » admet Pauline.

Par la suite, Pauline rentre chez Jamin Puech. Embauchée comme chef de produit, elle s’occupe de la production et du développement. Dans cette entreprise familiale, Pauline travaille les matières du monde entier. Cuirs de tous types, textiles, plumes de dinde, d’autruche ou de coq, tissus, raphia, broderies, corde, métallurgie… servent à fabriquer des collections aux inspirations variées et au savoir-faire impressionnant.

L’activité de développement de l’Atelier du Sartel

Attirée par le haut-de-gamme et le savoir-faire français, Pauline intègre l’Atelier du Sartel pour se charger de la nouvelle orientation de l’atelier, qui lance ses activités de développement et de production.

En binôme avec Cédric Hamel en charge de la production, Pauline accompagne les projets design, analyse les besoins des clients, puis pilote le développement des collections chaussures et maroquinerie, de la recherche des partenaires et matériaux à la livraison des prototypes ou produits finis.

Ses atouts pour l’Atelier du Sartel

Précise et passionnée, Pauline offre à l’Atelier sa polyvalence et ses compétences en gestion, planification, budgétisation et en suivi de projet, qu’elle manie avec une vraie connaissance du cœur de métier de l’Atelier : le design et la maroquinerie.

Pourquoi l’Atelier du Sartel ?

« J’apprécie beaucoup la proximité de l’Atelier avec le savoir-faire à la française, qui me permet de travailler au quotidien avec de vrais artisans du luxe, des brodeurs ou designers textiles par exemple. Par ailleurs, le fait de travailler pour des grands noms du luxe, en France et à l’étranger est bien sûr extrêmement gratifiant ».